Partagez | .
 

 Ni libérée, ni délivrée, dites moi comment ne pas désespéré

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Carnet de Bord
► CAMP: Bien ? Mal ? Je ne sais pas trop... Je ne sais pas réellement de quel côté me positionner même si je pencherais plutôt vers le bien. Qu'en pensez-vous vous ?
► PERSONNAGE: La Reine des Neiges
► EMPLOI: Sculptrice (Spécialisée dans la glace)
Joueuse ● SNOW QUEEN

₪ Messages :
401
₪ Je suis actuellement :
  • à Storybrooke
₪ Coeur :
Il est encore à la recherche de celui qui saura le combler.

MessageSujet: Ni libérée, ni délivrée, dites moi comment ne pas désespéré   Sam 5 Avr - 16:51













 ❝ Ni libérée, ni délivrée, dites moi comment ne pas désespéré ❞
~ Je ne veux pas te faire de mal ~



Depuis la rupture de la malédiction, ma petite vie avait vraiment changée. Je n'étais plus seulement Emily Snow, mais également Elsa, Reine d'Arendelle et également Reine des Neiges. Le soleil brillait à l'extérieur et j'avais pourtant l'impression que tout allait de mal en pire. Pendant leur périples à Neverland, beaucoup de choses s'étaient produites, ici, à Storybrooke et j'avais retrouvé mes pouvoirs. J'étais effrayée. Oui, je l'étais réellement, je ne voulais pas faire de mal aux habitants, je ne voulais pas blesser quiconque.

Aussi, quand je me suis réveillée en sueur ce matin là, faisant encore le même rêve, celui où je frappait ma soeur en plein coeur, je me suis levée et j'ai enfilé un jean et un débardeur blanc avant de mettre une paire de ballerines noires et mes cheveux attachés en une tresse, je sortis de l'appartement et me mis à courir. Il n'étais pas tard et de nombreuses personnes étaient encore dehors. Je me mis à pleurer. Je ne voulais pas, je ne voulais plus ses foutus pouvoirs et pourtant ils revenaient et mes souvenirs me hantaient.

Sous l'effet de la peur, je ne me rendis pas compte que j'avais changé la chaleur climatique et qu'il commençait à neiger. Depuis que la magie était de retour, ma vie était un enfer. Je continua de courir, essuyant mes larmes avec ma manche et arriva finalement devant une ancienne cabane abandonnée. J'entra à l'intérieur et alla m'asseoir au fond, effrayée et en larmes. J'étais seule et j'ignorais où était ma petite soeur et j'ignorais de quoi j'étais capable.

Je ne me doutais pas évidemment qu'une certaine Mary Margaret que je connais bien mais sous le nom de Snow se rendrait compte de ce qu'il se passe et réussirais à me retrouver. En larmes, la tête entre mes mains, je ne pu entendre que sa voix qui retentit au fond de la cabane.

Non s'il-vous-plait... N'approchez pas, je ... Je ne veux pas vous faire de mal.

Mary Margaret accompagnée de son époux s'approchait de moi, mais inquiète, de la glace commença à se former autour d'eux et les entourer petit à petit, je leva les yeux vers l'institutrice et l'a supplia de ne pas approcher plus.

© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Ni libérée, ni délivrée, dites moi comment ne pas désespéré   Sam 5 Avr - 23:01

Ni libéré, ni délivrée, dites moi comment ne pas désespérer ce don est si intense Toutes ces belles promesses n'ont pas de sens Ce sera Pire Tu vas souffrir.
Elsa d'Arendelle & Snow White

Tout avait changé depuis le retour de Neverland puis la nouvelle malédiction. Et lorsque Snow avait fait son retour à Storybrooke et bien, elle avait découvert une énorme surprise... Sans mauvais jeu de mot... Elle allait avoir un bébé. Sauf qu'elle n'avait aucun souvenir de quand elle l'avait fait. Dans tous les cas, la grossesse était maintenant à un stade bien avancé et de ce fait, Snow restait donc tout le temps avec David, qui refusait catégoriquement de la laisser travailler de trop. Et elle avait beau arguer qu'elle n'était pas malade et que tout allait bien, David ne voulait rien entendre.

Ce jour là donc, la jeune femme était postée à la fenêtre de sa chambre, cherchant un moyen de tromper la garde constante de David pour aller faire un tour dehors. Il fallait préciser que nous étions en plein milieu du printemps et qu'il faisait donc assez bon. Et que rester enfermé dans un appartement était assez désespérant. Surtout lorsque tout le monde courait après la méchante sorcière de l'ouest, dont ils ne connaissaient pas encore l'identité. Snow risqua donc un rapide et discret coup d'œil vers David, qui était couché sur le lit, un livre à la main.

-Je te vois, Snow...
-Mais allez quoi... Juste un tour... J'vais finir par mourir d'ennui ici... Puis j'suis la meilleure traqueuse...
...
-T'es vraiment pas drôle, Char...

La brunette se figea alors lorsqu'elle reporta son attention sur la fenêtre. En effet, des flocons de neige tombaient du ciel. Elle sauta donc sur l'occasion, en se tournant vivement vers son mari pour lui dire alors, le plus sérieusement du monde :

-Il neige, chéri.
-T'es vraiment pas drôle, Snow, tu...
-J'te jure qu'il neige, j'invente rien !

Le blond se leva donc pour constater ce fait et il arqua les sourcils. La brunette garda donc son air angélique que le visage, tout en annonçant alors :

-Je sais qui fait ca, mais j'te l'dirais que si on y va !
-Snow, tu es...
-Enceinte ! Pas malade ! Arrêtez tous de me prendre pour une chose fragile !
-Qui fait ca ?
-...
-Bon ok... Mais couvres toi !

Avec un sourire satisfait, la brunette alla donc chercher son manteau et sortit la première de l'appartement, non sans prendre ses flèches et son arc, suivie de très près par David qui avait attrapé son épée au passage.

-C'est qui ?
-Elsa d'Arendelle. A l'heure qu'il est, elle devrait certainement être isolée dans un endroit, pour ne pas blesser les autres. Je suis prête à parier qu'elle est dans la cabane de la forêt...

Le blond leva les yeux au ciel et Mary Margaret ne perdit pas une seule seconde pour se rendre là bas. A peine la peine du chalet fut-elle ouverte que la brunette vit donc la blondinette à terre, en larmes. Très sensible puisqu'elle était enceinte, Snow ne pût s'empêcher de verser une larme, avant de se reprendre en murmurant alors, doucement et pour apaiser son amie :

-Elsa, c'est finit, on es là...

Elle s'approcha alors et faillit glisser sur une plaque de glace qui venait de se créer sous ses pieds. David accourut aussitôt pour la rattraper, en lui disant :

-Attention, Snow...
-C'est bon, j'ai confiance en Elsa...
-Non s'il-vous-plait... N'approchez pas, je ... Je ne veux pas vous faire de mal.
-Elsa, calme toi... Tu sais très bien que ce n'est pas comme ca que tout ca va s'arrêter. Tu vas tout empirer. Et je ne bougerais pas d'ici tant que tu ne seras pas calme, d'accord ?

Revenir en haut Aller en bas

Carnet de Bord
► CAMP: Bien ? Mal ? Je ne sais pas trop... Je ne sais pas réellement de quel côté me positionner même si je pencherais plutôt vers le bien. Qu'en pensez-vous vous ?
► PERSONNAGE: La Reine des Neiges
► EMPLOI: Sculptrice (Spécialisée dans la glace)
Joueuse ● SNOW QUEEN

₪ Messages :
401
₪ Je suis actuellement :
  • à Storybrooke
₪ Coeur :
Il est encore à la recherche de celui qui saura le combler.

MessageSujet: Re: Ni libérée, ni délivrée, dites moi comment ne pas désespéré   Dim 6 Avr - 22:44













 ❝ Ni libérée, ni délivrée, dites moi comment ne pas désespéré ❞
~ Je ne veux pas te faire de mal ~



La neige... Oui, je savais la contrôler mais au grand jamais je n'ai voulu de ce don et pourtant, je l'avais depuis ma plus tendre enfance. Au début, j'aimais ce don, je pouvais m'amuser avec ma petite soeur à faire de la luge et des bonhommes de neige en plein été mais le jour où je l'ai maloncontreusement touché à la tête fit tout basculer. Et en grandissant, mon pouvoir grandit aussi et devint de plus en plus et j'avais peur aujourd'hui... J'avais peur de faire du mal à mes amis.

Aussi, je m'étais levée super tôt et en larmes, je m'était rendu dans une cabane abandonnée non loin de la ville mais assez loin pour ne faire de mal à personne et pour que personne ne me trouve afin que je ne puisse plus faire de mal à quiconque. Mais je ne me doutais pas que l'air printanier de la petite ville du Maine venait de se transformer en climat d'hiver.
Mais je savais pertinement que Snow s'en rendrais compte et qu'elle essaierais de me trouver. Saleté de don ! D'ailleurs, sa voix ne tarda pas à retentir à l'entrée de la cabane.

-Elsa, c'est finit, on es là...

Je leva les yeux vers la Princesse déchue et prise de panique, je créa une plaque de glace sous ses pieds, risquant de la faire trébucher. Mais son Prince était avec elle et l'a retint. Sa voix était rassurante mais j'étais effrayée. Je lui demanda de ne pas approcher de moi car je n'avais pas envie de lui faire de mal et surtout qu'elle est enceinte mais elle est obstinée.

-Elsa, calme toi... Tu sais très bien que ce n'est pas comme ca que tout ca va s'arrêter. Tu vas tout empirer. Et je ne bougerais pas d'ici tant que tu ne seras pas calme, d'accord ?

Je leva les yeux vers Snow et continuant de pleurer, je fini par lui répondre:

-Ce don est trop intense. Je... Je ne veux pas vous faire de mal, je ne veux pas faire de mal aux habitants. Je... Je ne peux pas le contrôler, je n'y arrive pas.

Je fixais mes mains comme si elles allaient toutes deux se détacher et Snow continuait à approcher, je rammena mes jambes vers moi et contre ma volonté, un blizzart commença à se former autour de moi, un puissant blizzard, je murmura:

Ni libérée, ni délivrée, dites moi comment ne pas désespérée...

© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Ni libérée, ni délivrée, dites moi comment ne pas désespéré   Dim 6 Avr - 23:29

Ni libéré, ni délivrée, dites moi comment ne pas désespérer ce don est si intense Toutes ces belles promesses n'ont pas de sens Ce sera Pire Tu vas souffrir.
Elsa d'Arendelle & Snow White

Snow pouvait ressentir le froid de la pièce mais elle s'en fichait. Ce qui lui importait le plus à l'heure actuelle était de raisonner Elsa pour qu'elle arrête de paniquer et que la neige ne tombe plus. Ensuite et bien... Il faudrait convaincre Elsa de prendre un professeur pour qu'elle contrôle ses pouvoirs...

Perdue dans ses pensées, Snow ne vit pas la plaque de verglas sous ses pieds et elle eut une grosse panique lorsqu'elle se sentit glisser. Mais Charmant la retint bien vite, en lui murmurant de faire attention. Avec mille précaution et en posant discrètement sa main sur son ventre, Mary Margaret se dégagea de son mari, avant de se diriger vers Emily pour la raisonner et la calmer.

-Ce don est trop intense. Je... Je ne veux pas vous faire de mal, je ne veux pas faire de mal aux habitants. Je... Je ne peux pas le contrôler, je n'y arrive pas.

Mary Margaret ne pût s'empêcher de prendre les mains de la jeune femme dans les siennes, et de lui dire alors :

-Mais si tu peux le faire. Et puis tu sais, tu ne fais de mal à personne pour le moment. C'est marrant de voir de la neige au printemps !

La jeune femme essayait de faire un peu d'humour, pour qu'Elsa se calme mais la blondinette ramena ses jambes sous elle, avant qu'un blizzard ne souffle, obligeant Snow a s'accrocher au sol, bientôt rejointe par Charmant qui passa ses bras autour de ses épaules. Fermant les yeux sous la puissance du vent et des flocons de neige qui continuaient de tomber de plus en plus fort, la jeune femme ne pût que crier pour se faire entendre d'Elsa, alors que Charmant posait ses mains sur son ventre, restant à ses côtés pour la protéger :

-Elsa ! Si tu continues comme ca, tu vas faire du mal à mon bébé ! C'est ce que tu veux ?

Revenir en haut Aller en bas

Carnet de Bord
► CAMP: Bien ? Mal ? Je ne sais pas trop... Je ne sais pas réellement de quel côté me positionner même si je pencherais plutôt vers le bien. Qu'en pensez-vous vous ?
► PERSONNAGE: La Reine des Neiges
► EMPLOI: Sculptrice (Spécialisée dans la glace)
Joueuse ● SNOW QUEEN

₪ Messages :
401
₪ Je suis actuellement :
  • à Storybrooke
₪ Coeur :
Il est encore à la recherche de celui qui saura le combler.

MessageSujet: Re: Ni libérée, ni délivrée, dites moi comment ne pas désespéré   Lun 7 Avr - 20:07













 ❝ Ni libérée, ni délivrée, dites moi comment ne pas désespéré ❞
~ Je ne veux pas te faire de mal ~




-Mais si tu peux le faire. Et puis tu sais, tu ne fais de mal à personne pour le moment. C'est marrant de voir de la neige au printemps !
Snow, je... J'ai peur.

Une nouvelle larme coula le long de ma joue tandis que je rammenais mes jambes vers moi tandis qu'un puissant blizzart se formait autour de moi, que je ne pouvais arrêter, trop angoissée et trop apeurée. Je ne voulais pas lui faire du mal mais je n'arrivais pas à le contrôler, j'avais vécu sans pendant vingt huit ans et je n'arrivais à le contrôler à nouveau. Les paupières closes posées sur mes genoux, je ne pouvaient entendre que les hurlements de Snow à travers le blizzart.

-Elsa ! Si tu continues comme ca, tu vas faire du mal à mon bébé ! C'est ce que tu veux ?

Son bébé ? Oh non. Je ne voulais pas qu'il arrive quoi que ce soit à son bébé et je ne voulais en aucun cas lui faire du mal, je devais me calmer. Je respira doucement pour me calmer et le blizzart commença à s'affaiblir et fini finalement par disparaître du à un simple mouvement de main. Je pu à nouveau apercevoir Snow et leva les yeux vers elle, encore appeurée mais calmée.

Je suis désolée, je ne voulais en aucun cas faire de mal à ton bébé. Je suis dangereuse, je ne veux pas retourner avec les autres, je ne veux pas faire de mal aux autres...


© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Ni libérée, ni délivrée, dites moi comment ne pas désespéré   Mar 8 Avr - 9:57

Ni libéré, ni délivrée, dites moi comment ne pas désespérer ce don est si intense Toutes ces belles promesses n'ont pas de sens Ce sera Pire Tu vas souffrir.
Elsa d'Arendelle & Snow White

-Snow, je... J'ai peur.
-Je sais Elsa...

Ne rajoutant rien, Snow se contenta de garder la main de son amie dans la sienne, alors que David la gardait dans ses bras pour la protéger de tout, et surtout du blizzard qui commençait à se former autour d'eux. La brunette ferma donc les yeux et baissa la tête, pour se protéger du vent. Elle n'avait pas plus peur d'Elsa que ca. Car après tout, elle avait connu pire de la part de Regina. Ce n'était donc pas une tempête de neige qui allait l'arrêter. Par contre, elle ne pût s'empêcher de poser sa main libre sur celles de David, ayant peur que le bébé ne soit blessé à cause de cela.

D'ailleurs, elle venait de faire part de sa peur à Elsa et aussitôt le blizzard s'atténua pour e plus exister du tout. La jeune femme soupira alors doucement, retirant sa main de celles de son mari qui l'attira doucement contre lui en lui murmurant :

-Ca va ?
-Oui... J'ai juste... Peur ?
-Je suis là...
-Je sais.

Elle sentit l'une des mains de David remonter vers ses cheveux et elle ne dit rien, le laissant tenter de l'apaiser, avant qu'Elsa ne prenne la parole.

-Je suis désolée, je ne voulais en aucun cas faire de mal à ton bébé. Je suis dangereuse, je ne veux pas retourner avec les autres, je ne veux pas faire de mal aux autres...

Mary Margaret se mordit les lèvres tout en fixant son amie. Elle réfléchissait en fait à une solution pour que les pouvoirs d'Elsa soient atténuer et qu'elle puisse finalement aller vers les autres sans aucune peur. Et la réponse lui vint alors, lorsqu'elle dit :

-Je sais que tu ne veux pas faire de mal à quiconque Elsa. J'ai peut être une solution pour toi? Je suis presque sûre que Mr. Gold a quelque chose dans sa boutique pour atténuer tes pouvoirs. Si tu veux, on peut aller le voir, ensemble.
Revenir en haut Aller en bas

Carnet de Bord
► CAMP: Bien ? Mal ? Je ne sais pas trop... Je ne sais pas réellement de quel côté me positionner même si je pencherais plutôt vers le bien. Qu'en pensez-vous vous ?
► PERSONNAGE: La Reine des Neiges
► EMPLOI: Sculptrice (Spécialisée dans la glace)
Joueuse ● SNOW QUEEN

₪ Messages :
401
₪ Je suis actuellement :
  • à Storybrooke
₪ Coeur :
Il est encore à la recherche de celui qui saura le combler.

MessageSujet: Re: Ni libérée, ni délivrée, dites moi comment ne pas désespéré   Sam 12 Avr - 10:54













 ❝ Ni libérée, ni délivrée, dites moi comment ne pas désespéré ❞
~ Je ne veux pas te faire de mal ~




Le blizzart. Le blizzart s'atténua lorsque Snow me demanda si je voulais faire du mal à son bébé. Non ! C'était loin de ce que je voulais aussi, je respira longuement pour me calmer et le blizzart fini finalement par disparaître d'un simple mouvement de ma main, me laissant gelée, j'étais frigorifiée. Je leva les yeux vers Snow et lui avoua que je n'ai jamais voulu faire de mal à son bébé.

Je ne pouvais en aucun cas retournait avec les autres, j'étais dangereuse et je ne voulais pas leur faire de mal, surtout pas à ma petite soeur. Aussi, j'avoua à Snow White que j'étais mieux ici et qu'au moins, je ne ferais de mal à personne mais la jeune femme est très obstinée et m'avoua qu'elle avait une idée.

-Je sais que tu ne veux pas faire de mal à quiconque Elsa. J'ai peut être une solution pour toi? Je suis presque sûre que Mr. Gold a quelque chose dans sa boutique pour atténuer tes pouvoirs. Si tu veux, on peut aller le voir, ensemble.

Gold. Je l'avais oublié. Il est vrai que dans notre monde comme ici, il était devenu mon tuteur et c'était grâce à lui que j'avais réussi à contrôler mon don jusqu'à ce fameux soir, cette fameuse soirée ou tout à basculé. Je devais aller le trouver, je suis certaine qu'il pourrait m'aider, sur ce coup là, Snow avait eu une merveilleuse idée. Je suis certaine qu'il ne refuserait pas de m'aider.

Je me leva donc et fit face à Snow, plongeant mon regard dans le sien, essayant de me réchauffer car j'étais complètement gelée. Être avec Snow me rassurait car je savais qu'elle ne me voulait aucun mal et qu'elle n'avait qu'une seule envie, m'aider...

D'accord... Je... Allons y.

Je suivit donc Snow et James à l'extérieur et vit que la neige tombait toujours. Je regarda Snow et James avant de fermer les paupières et de voir la neige s'arrêtait de tomber avant de rouvrir les yeux. J'avança donc avec Snow jusqu'à leur voiture et on se rendit chez Monsieur Gold. Une fois arrivés, je rentra la première dans la boutique et aperçu Belle avant de lui demander de l'aide:

Bonjour Belle, j'aurais besoin de ton aide.


© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Ni libérée, ni délivrée, dites moi comment ne pas désespéré   Dim 13 Avr - 15:34




Ni libérée ni délivrée, dîtes-moi comment ne pas désespérer

« Votre magie est pleine de beauté mais vous devez apprendre à la contrôler » La reine des Neiges


En regardant par la fenêtre ce matin-là, Belle fronça les sourcils en voyant que la neige avait recouvert Storybrooke. De la… NEIGE ?!? En plein printemps ? Cela ne pouvait signifier qu’une seule chose, une seule personne était capable d’un tel « exploit »…

* Oh non Elsa, qu’as-tu fait ?*

Elle avait rencontré la jolie reine il y avait maintenant quelques temps, alors que la malédiction de Regina s’était rompue. Elle avait retrouvé en la jeune femme la détresse qu’elle avait vue chez Rumple et c’était promis de l’aider quoi qu’il lui en coûte. Personne ne devait-être livré  elle-même de la sorte, personne ne méritait ce sort et elle avait bien compris que, malgré la beauté de ses pouvoirs, Elsa avait un mal fou à les contrôler car elle avait souvent peur de faire du mal autour d’elle. Ici, on l’appelait Emily, mais la jolie brune avait toujours préféré l’appeler par son vrai prénom.

Le cri déchirant de la petite Rose la sortit de ses songes. Le doux bébé venait de se réveiller de sa nuit et la jeune maman se précipita vers sa chambre pour la prendre dans ses bras et lui donner son premier biberon de la journée, ou du moins, le second, si on compte le biberon qu’il a fallu lui donner en pleine nuit. Tout en la faisant boire, elle la berce et fredonne une berceuse, avec sa douceur habituelle. La petite rose est sa seule preuve que bien plus de quelques heures se sont écoulé entre la mort de son mari et le jour où elle a rouvert les yeux, dans ce grand manoir.  Elle était à présent maman d’une petite fille de 3 mois, elle ne se souvenait plus de sa grossesse, ni même de son accouchement et seul le prénom écrit à la hâte sur les différents habits du nourrisson lui avait permis d’entrer une nouvelle fois en contact avec sa fille. Et dire que Rumple ne la connaîtrait jamais…

Après s’être habillée chaudement et avoir fait de même pour sa fille, elle sortit du manoir avec le landau. Il fallait bien continuer à vivre, à se rendre au travail et depuis peu, elle avait délaissé la bibliothèque de Storybrooke pour reprendre le magasin d’antiquité de son mari et ce, pour de multiples raisons. Tout d’abord parce que l’échoppe n’avait pas changé et renfermait toujours de nombreux objets en tout genre, utiles dans toute circonstance et pour toute personne. Ensuite parce que c’était le seul héritage, avec la maison, qu’elle avait de lui, enfin parce que chaque instant passé dans cette boutique lui donnait l’impression d’être proche de lui et elle en avait fortement besoin. Après avoir ouvert, elle se dirigea dans l’arrière-boutique pour y déposer le landau, elle posa également l’énorme sac qui contenait toutes les affaires de Rose et déclipsa le panier supérieur du landau pour emporter sa fille avec elle, à l’avant du magasin. Avec toutes ces rumeurs de disparition, il était hors de question de la laisser seule dans l’arrière-boutique. Capucine et Bigby n’étaient pas disponibles pour garder l’enfant et bien que Regina lui ait proposé son aide, il ne lui semblait pas être la meilleure des solutions avec tous les problèmes qui l’accablaient en ce moment.  

Rapidement, la clochette tinta et Belle leva les yeux pour voir quel était donc ce client très matinal. Voyant que c’était Elsa, suivie de près par Blanche et David. Voyant le regard terrifié de la reine des neiges, elle enleva les mains du petit ventre de la fille et s’approcha du comptoir pour avoir une pleine attention sur les personnes venant d’arriver. Elsa n’y allait pas par quatre chemins et lui annonça directement qu’elle avait besoin d’aide.

- Bien sûr Elsa, je t’écoute ! En voyant le blizzard ce matin, j’ai compris que quelque chose n’allait pas… Je vois que tu es en bonne compagnie (elle hocha la tête en direction de la femme enceinte et de son mari pour les saluer, avec un petit sourie), ça me rassure ! Qu’est-ce qui se passe ?  




love.disaster
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Ni libérée, ni délivrée, dites moi comment ne pas désespéré   Dim 13 Avr - 17:51

Ni libéré, ni délivrée, dites moi comment ne pas désespérer ce don est si intense Toutes ces belles promesses n'ont pas de sens Ce sera Pire Tu vas souffrir.
Elsa d'Arendelle & Belle Gold & Snow White

Mary Margaret ne s'était pas rendu compte de sa maladresse, lorsqu'elle avait dit qu'ils allaient voir Monsieur Gold. Oui, parce qu'avec tout ce qu'il s'était passé au cours des derniers mois, la jeune femme avait oublié que Mr. Gold n'était plus. Elle se mordit donc les lèvres après un regard vers David, se jurant de ne plus refaire ce genre de boulette, surtout devant Belle. Puisque c'était maintenant Belle qui tenait la boutique d'antiquité.

Les protagonistes firent donc leur entrée dans la boutique, vide. Immédiatement, le regard de Snow se posa sur le mobile de sa fille qui trônait là et elle soupira alors. Pas un jour ne se passait sans qu'elle ne pense à Emma et à ce qu'elle faisait. Elle risqua donc un regard vers David lorsque des bruits de pas se firent entendre de l'arrière boutique. Instinctivement, Mary Margaret prit la main de David, alors que Belle faisait son arrivée face à eux, sa fille dans les bras. Snow ne pût s'empêcher de sourire à la vue du bébé. Intérieurement, Snow enviait aussi quelque peu Belle. Parce que même si elle ne se rappelait pas de sa grossesse et de son accouchement, elle, elle avait pu élever son enfant.

La voix d'Elsa retentit donc pour demander l'aide de Belle et Mary Margaret arrêta donc de fixer la petite Rose, alors que Belle acceptait de donner son aide. Elle sourit donc à son amie pour la saluer, avant de s'approcher près du comptoir, restant tout de même à quelques mètres de ce dernier. Parce que c'était beaucoup plus marrant lorsqu'elle faisait face à Gold par le passé et qu'elle s'appuyait dessus et se retenant pour ne pas le frapper parce qu'il ne voulait pas lui donner ce qu'elle voulait.

Se souciant d'abord de l'état de santé de son amie, Snow finit alors par demander, dans un murmure :

-Tu vas bien ?

Bien sûr qu'elle 'allait pas bien puisque du jour au lendemain elle avait perdu son homme et s'était retrouvée mère, sans même savoir comment. Alors que David faisait le tour du magasin à la recherche de Dieu seul savait quoi, l'institutrice expliqua donc, pour que Belle puisse résoudre le problème de la reine des Neiges :

- On se demandait si tu savais si tu avais quelque chose pour atténuer les pouvoirs d'Elsa. Parce qu'elle a toujours autant peur de blesser les autres...


Revenir en haut Aller en bas

Carnet de Bord
► CAMP: Bien ? Mal ? Je ne sais pas trop... Je ne sais pas réellement de quel côté me positionner même si je pencherais plutôt vers le bien. Qu'en pensez-vous vous ?
► PERSONNAGE: La Reine des Neiges
► EMPLOI: Sculptrice (Spécialisée dans la glace)
Joueuse ● SNOW QUEEN

₪ Messages :
401
₪ Je suis actuellement :
  • à Storybrooke
₪ Coeur :
Il est encore à la recherche de celui qui saura le combler.

MessageSujet: Re: Ni libérée, ni délivrée, dites moi comment ne pas désespéré   Mar 15 Avr - 20:32













 ❝ Ni libérée, ni délivrée, dites moi comment ne pas désespéré ❞
~ Je ne veux pas te faire de mal ~




Finalement, Snow m'avait convaincue de me calmer et m'avais promis qu'on allait trouver un moyen pour que je puisse contrôler mes pouvoirs à nouveau et rien de mieux que d'aller voir Gold pour ça, après tout, c'était lui qui été mon tuteur et qui avait veillé à ce que je ne fasse de mal à personne. Aussi, j'accepta l'affirmation de Mary Margaret et suivie la femme enceinte ainsi que son époux jusqu'à la boutique d'antiquités.

Arrivée devant la boutique, je me hâta d'entrer, pensant tomber sur Gold mais non, ce fut sur Belle que je posa le regard mais cela ne me dérangea pas mais il fallait tout de même que je sache où était Gold, après tout, c'était lui qui m'avait permis de sauver ma vie et celle de mon entourage. Pourquoi n'étais il pas avec sa fille ? Je leva les yeux vers Belle et lui annonça donc en n'allant pas par quatre chemins que j'avais besoin de son aide.

- Bien sûr Elsa, je t’écoute ! En voyant le blizzard ce matin, j’ai compris que quelque chose n’allait pas… Je vois que tu es en bonne compagnie, ça me rassure ! Qu’est-ce qui se passe ?

Avant que je ne dise quoi que ce soit, Snow pris les devant et demanda tout d'abord à Belle si elle allait bien. Pourquoi elle n'irais pas bien ? Et puis, où est Gold ? Il fallait vraiment que je le vois. Je leva les yeux vers Belle tandis que Snow lui annonçait qu'ayant peur de faire du mal aux gens, j'espérais trouver quelque chose ici qui pourrait m'aider à canaliser mon énergie.

Oui voilà, j'aimerais quelque chose qui m'aiderais à contrôler mes pouvoirs pour ne blesser personne mais... Belle... Où est Monsieur Gold ?

Je tourna le regard vers Mary Margaret et son Prince, inquiète avant de revenir vers Belle. Où était mon tuteur ? C'est à lui que je voulais parler et c'est lui qui peut m'aider mais où est-il ? Je me rapprocha de Belle:

Quoi ? Belle... Que... Qu'est-ce-qui se passe ? Vous m'inquiétez tous les trois. Où il est ?

© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Ni libérée, ni délivrée, dites moi comment ne pas désespéré   Jeu 29 Mai - 19:01




Ni libérée ni délivrée, dîtes-moi comment ne pas désespérer

« Votre magie est pleine de beauté mais vous devez apprendre à la contrôler » La reine des Neiges


Ils étaient apparus tous les trois à sa vue, un peu brusqué et Elsa lui avait directement demandé de l’aide. Bien entendu, Belle ne se refusait jamais d’aider quelqu’un d’autant plus qu’Elsa était son amie et qu’elle avait sous la tutelle de son mari. C’était un peu comme si elle était sous sa tutelle à elle… Elle avait souri aux Charmant qu’elle appréciait beaucoup et David avait commencé à faire le tour de la boutique à la recherche d’un objet inconnu. Mary Margaret, quant à elle, avait fixé Rose pendant quelques secondes et Madame Gold comprit immédiatement ce que son amie avait en tête. Elle-même allait devenir maman dans quelques jours et elle n’avait pas eu l’occasion d’élever son premier enfant, Emma. Elle s’était approchée d’elle pour lui demander comment elle allait et Belle se contenta d’un petit sourire timide et d’un hochement de tête. Forcément, elle n’était pas dans le meilleur des états mais il n’était pas question d’elle aujourd’hui mais d’Elsa. Elle lui demanda tout de même :

- Et toi, ça va ? Tu ne stresse pas trop à la venue de ton bébé ? Si tu as besoin d’aide ou même de venir parler, je suis toujours là, ou chez moi, tu ne me déranges jamais ! Tu veux peut-être prendre Rose dans tes bras, pendant que je m’occupe d’Elsa ?

Tout en souriant, elle avait un peu éloigné le bébé d’elle pour le lui montrer et l’encourager à la prendre. On voyait que Blanche en avait envie, pourquoi donc le lui refuser ? Belle avait totalement confiance en elle. Une fois Rose dans les bras de la future maman, elle lança un petit clin d’œil à David avant de reporter son attention vers Elsa qui lui expliqua son problème… avant de lui demander où était son mari. La jeune veuve déglutit avec difficulté et sentit quelques larmes pointer dans ses yeux. Elle respira lentement pour tenter de les faire disparaître mais ne parvint pas à répondre directement à la blondinette qui s’impatienter. Belle regarda le couple qui semblait décidé à lui laisser la parole ou au moins le choix de ce qu’elle allait lui dire et, prenant son courage à deux mains, elle se lança. Comme à chaque fois qu’elle était triste ou malheureusement, elle avait un étrange sourire, se rapprochant plus du rictus, ses yeux étaient tombés sur le sol et lorsqu’elle parla, un petit pouffement sorti de sa gorge :

- I… Il est mort Elsa… Il… Il a disparu en tentant de tous nous sauver…

La phrase de mise, celle qui était de la moindre des politesses en cette instant était « je suis désolée » sauf que Belle n’arrivait pas à le dire. Elle était plus que désolée, elle était atterrée, effondrée par la perte de son mari, le mariage à peine consommé et une jolie petite fille qui ne connaîtrait jamais son père. Elle n’arrivait pas à être désolée pour Elsa, en cet instant, elle n’arrivait déjà pas à garder contenance pour elle. Malgré tous ses efforts, deux larmes coulèrent sur ses joues qu’elle chassa d’un coup de main agile. Elle releva la tête en déglutissant une seconde fois et se força à faire le minimum d’un sourire. Il fallait avancer, elle se le devait pour elle, mais surtout pour sa fille et pour Elsa, qui avait désormais besoin de son aide à elle.

- Excusez-moi deux minutes…

Elle avait disparu dans l’arrière-boutique en moins de temps qu’il faut pour le dire. Elle avait besoin de se retrouver seule quelques instants. Elle souffla tandis que de nouvelles larmes avait fait leur apparition sur ses joues. Elle prit ces quelques instants pour reprendre ses esprits et se dirigea vers l’armoire que Rumple avait l’habitude de toujours garder fermée à clé. Seules deux personnes connaissaient l’endroit de la clé : elle-même et Molly sa jeune apprentie qui semblait avoir déserté Storybrooke et que personne n’avait revu depuis le jour de leur réapparition à Storybrooke. Que lui était-il advenu ? Personne ne le savait, personne n’avait le moindre souvenir de cette année écoulée… Belle espérait juste qu’il ne lui était rien arrivé de trop grave…

Une fois l’armoire ouverte, elle en sortie une petite pochette en velours bleu foncé et referma les portes du meubles. Elle repassa dans la boutique sans regarder ses hôtes et s’approcha du comptoir pour ouvrir la pochette. Elle laissa glisser dans sa main un joli médaillon en or blanc, orné d’un saphir et joliment travaillé. Elle le posa sur la table, bien à plat, face à la reine des neiges et plongea son regarda dans le sien. Elle pouvait voir toute la tristesse dans son regard.

- Rumple l’avait fait pour toi avant que Pan lance sa malédiction. Il comptait te le donner en mains propres mais… Enfin bon. Il m’a expliqué que tes pouvoirs sont d’une grande beauté mais que malheureusement tes émotions sont tes pires ennemies et notamment ta peur et ton anxiété. Ce médaillon est donc capable de les canaliser afin que ta magie ne fasse plus autant de dégâts. Malheureusement, tu vas devoir continuer à porter des gants pour le moment, IL n’a pas eu le temps de finir ceux qu’il t’avait préparé… Je suis en train de lire le grimoire qui renferme toutes les formules qu’il devait utiliser mais je ne suis pas lui… ça me prendra du temps… mets le médaillon s’il te plaît.

Elle attendit qu’Elsa l’ai attaché à son cou avant de passer de l’autre côté du comptoir. Mieux valait éviter de finir en statue de glace. Rose avait déjà perdue son père, il n’était pas question qu’elle perde en plus sa mère. Après quelques secondes d’hésitation, elle porta ses bras autour du coup de la reine et la pris dans ses bras en fermant les yeux. Elle tenta de la consoler au mieux, tout en restant silencieuse puis finit par lui dire, sans la lâcher.

- Je sais à quel point il comptait pour toi et je te remercie de cette confiance que tu lui accordais… Sache que je ne te laisserais pas tomber Elsa, tu n’es pas seule.


love.disaster
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Ni libérée, ni délivrée, dites moi comment ne pas désespéré   Ven 30 Mai - 18:35

Spoiler:
 

Ni libéré, ni délivrée, dites moi comment ne pas désespérer ce don est si intense Toutes ces belles promesses n'ont pas de sens Ce sera Pire Tu vas souffrir.
Elsa d'Arendelle & Belle Gold & Snow White

David avait eu le tact de s'éloigner un instant pour laisser les trois filles entre elles. Parce que Mary Margaret savait très bien qu'il n'avait rien à chercher. Puisqu'aucun objet ne lui manquait... Si on exceptait le fait qu'il y avait toujours le fameux mobile qui aurait du appartenir à Emma qui leur faisait de l'œil. Mais passons... Snow laissa donc son prince à ses affaires, avant de se tourner vers Belle, en lui demandant comment elle allait. Ou du moins, si tout allait pour le mieux. Mais rien n'allait pour le mieux malheureusement... Pour tout le monde en réalité. Parce que Belle avait perdu Rumple et se retrouvait avec un bébé sous les bras, qu'Emily avait peur de faire du mal à tout le monde et que Mary Margaret avait perdu pour la seconde fois Emma... Et qu'elle se retrouvait aussi à quelques semaines d'accoucher sans savoir quand et comment elle était tombée enceinte. Et qu'elle était paniquée en réalité. Mais elle ne le montrait simplement pas. Parce que Belle n'avait pas besoin de ca en plus de la perte de son mari...

-Ca va, ne t'en fais pas pour moi. Prends soin de toi. Et n'hésite pas à passer chez nous si tu as besoin de réconfort ou si tu te sens trop seule, d'accord ?

Oui, parce que si Snow avait la chance d'avoir Regina et David pour supporter ses sautes d'humeur et ses envies de femme enceinte, Belle, elle, se retrouvait seule. Mais l'appartement était assez grand pour Belle si elle voulait venir. Même pour passer ne serait-ce qu'une heure avec eux. Parce que Mary Margaret ne la laisserait pas tomber comme cela... D'ailleurs, Belle semblait placer une confiance en elle puisqu'elle lui demanda si elle voulait tenir Rose. David se figea alors dans son coin, alors que la brunette hésitait :

-Je... Tu... Tu es sûre ?

Et avant même qu'elle ne finisse sa phrase, l'ancienne bibliothécaire déposa délicatement sa fille dans les bras de Mary Margaret qui se mit alors à sourire. Oui c'était l'effet bébé. Et même si l'institutrice était totalement déboussolée et paniquée, elle avait aussi hâte d'accueillir le petit être au sein de sa famille. En parlant de famille, David, sûrement jaloux de ne pas avoir eu le droit de tenir le bébé se rapprocha d'elle et elle lui sourit, en disant :

-C'est fou ce qu'elle a hérité de la beauté de sa maman !

Craquant carrément à la vue du bébé, Snow n'avait même pas remarqué que Belle et Elsa étaient dans leur coin, en train de faire leurs affaires...


Revenir en haut Aller en bas

Carnet de Bord
► CAMP: Bien ? Mal ? Je ne sais pas trop... Je ne sais pas réellement de quel côté me positionner même si je pencherais plutôt vers le bien. Qu'en pensez-vous vous ?
► PERSONNAGE: La Reine des Neiges
► EMPLOI: Sculptrice (Spécialisée dans la glace)
Joueuse ● SNOW QUEEN

₪ Messages :
401
₪ Je suis actuellement :
  • à Storybrooke
₪ Coeur :
Il est encore à la recherche de celui qui saura le combler.

MessageSujet: Re: Ni libérée, ni délivrée, dites moi comment ne pas désespéré   Jeu 5 Juin - 22:36













 ❝ Ni libérée, ni délivrée, dites moi comment ne pas désespéré ❞
~ Je ne veux pas te faire de mal ~



-I… Il est mort Elsa… Il… Il a disparu en tentant de tous nous sauver…

Mon sang ne fit qu'un tour et les larmes se dessinèrent aux limites de mes paupières. Mort ? Comment pouvait-il être mort ? Non, comment j'avais pu ne pas être au courant ? Il était mon tuteur, il est celui qui a veillé sur moi toutes ses années, il était plus que mon tuteur, il était mon ami. Je m'appuya sur le comptoir tandis que les larmes commençaient à couler sur mon visage, mes lèvres tremblaient, je ne pouvait tout bonnement pas croire qu'il était mort.

Belle releva les yeux vers moi et me fit signe qu'elle revenait dans deux minutes. Je ferma les paupières et pris le temps de me calmer pour ne pas causer une tempête de neige dans la boutique, surtout avec la présence de la petite Rose. J'essuya mes yeux d'un revers de manche et respira un bon coup avant de relever le regard vers Belle et de la regarder sortir d'une petite pochette bleu foncé en velours et de laisser glisser dans sa main un magnifique médaillon en or blanc avec un saphir au centre, magnifiquement travaillé. Elle le déposa sur le comptoir avant de plonger son regard dans le mien.

- Rumple l’avait fait pour toi avant que Pan lance sa malédiction. Il comptait te le donner en mains propres mais… Enfin bon. Il m’a expliqué que tes pouvoirs sont d’une grande beauté mais que malheureusement tes émotions sont tes pires ennemies et notamment ta peur et ton anxiété. Ce médaillon est donc capable de les canaliser afin que ta magie ne fasse plus autant de dégâts. Malheureusement, tu vas devoir continuer à porter des gants pour le moment, IL n’a pas eu le temps de finir ceux qu’il t’avait préparé… Je suis en train de lire le grimoire qui renferme toutes les formules qu’il devait utiliser mais je ne suis pas lui… ça me prendra du temps… mets le médaillon s’il te plaît.

Je baissa le regard vers le médaillon et m'en empara finalement avant de le passer autour de mon cou et de sentir une sensation d'un poids que l'on m'enlève des épaules, ma magie était canalisée en un seul point et je sentais que ça allait déjà un peu mieux, mais il me manquait. Une nouvelle larme roula sur ma joue et Belle passa de l'autre côté du comptoir avant de me prendre dans ses bras. Je ne pu pas me retenir plus longtemps et me mis à pleurer dans les bras de Belle.

-Je sais à quel point il comptait pour toi et je te remercie de cette confiance que tu lui accordais… Sache que je ne te laisserais pas tomber Elsa, tu n’es pas seule.
Il...Il va tellement me manquer. Il était plus que mon tuteur, c'était avant tout mon ami.

Je libéra Belle de mon emprise et sécha mes larmes d'un revers de manche et lui souris malgré tout avant de me saisir d'une paire de gant couleur bleu foncé qui était sur l'une des étagères de la boutique d'antiquité et les passa sur mes mains afin de ne faire aucunes bêtises. Je m'approcha de Mary Margaret et souris à la petite Rose qui me sourit également. Belle s'approcha de nous et je lui souris.

Elle te ressemble beaucoup tu sais, mais elle a ... elle a son regard.

Je déposa ma main sur mon médaillon et ce dernier pris une lueur bleue turquoise, une très jolie lueur et cela fit sourire l'enfant et également sa mère. Je me tourna vers Mary Margaret et lui souris:

Tu va être une super maman Mary Margaret ! Je déposa ma main sur le ventre de Mary Margaret qui frissonna légèrement à mon contact, je me mordis la lèvre et lui souris et je me tourna vers Belle et lui pris les mains avant de lui sourire, d'un sourire sincère et lui avoua finalement Je revis Belle. Comment pourrais-je te remercier ?


© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Ni libérée, ni délivrée, dites moi comment ne pas désespéré   Aujourd'hui à 21:12

Revenir en haut Aller en bas
 

Ni libérée, ni délivrée, dites moi comment ne pas désespéré

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Libéré, délivré, je reste un oiseau mutilé
» Libérée, Délivrée VS Le Renouveau
» Libérée, délivrée
» Libérée délivrée version espagnole
» Frozen - libérée, délivrée

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SECOND STAR TO THE RIGHT ™ :: NotreMonde :: Storybrooke le Retour :: Le Port de SB-